Les Cafés Scientifiques Underground (CSU)

CSU n°64

Vendredi 11 décembre 2020 / 11h-12h/ En visio

Animation scientifique de l’axe de recherche B: Appropriation & responsabilité

Pour ce 64éme CSU (en ligne), Olivier Thébaud, Julien Hay et Betty Queffelec proposent d’échanger avec vous sur l’animation scientifique de l’axe B, en prévision des journées AMURE.

Résumé :

[Partie Bilan] Axe B : Appropriation & responsabilité/* (Animation : Julien Hay, MC Economie & Betty Quéffelec, MC Droit public)

[L’axe B Appropriation et responsabilité] aborde les questions de modes d’appropriation et d’usage des ressources et des espaces maritimes qui découlent de la multiplication des pressions exercées sur le domaine marin, en termes à la fois d’efficacité économique, de justice environnementale et de systèmes de gouvernance. Les thématiques de recherche abordées concernent l’évolution des modes de régulation de l’accès aux ressources et aux espaces maritimes (y compris les questions fondamentales posées par les migrations humaines par la voie maritime), et de leurs usages, en lien avec la multiplication des demandes de droits d’accès et des limites à l’exercice de ces droits ; l’analyse de l’influence des régimes de responsabilité vis-à-vis de l’environnement sur les comportements, les entreprises et les rapports économiques ; et l’étude du développement du droit et de nouvelles formes institutionnelles, ainsi que l’évaluation de leurs impacts socio-économiques.

[Partie Projet] Axe B Appropriation, responsabilité et équité/ *[Animateurs : Betty Quéffelec, MC droit et Olivier Thébaud, CR économie]

Il est proposé de reprendre l’actuel axe B afin de prolonger la dynamique de recherche concernant les modes d’appropriation (usages, accès) et les régimes de responsabilité relatifs aux ressources et aux espaces maritimes et littoraux. Ces travaux considèrent à la fois la régulation des usages des ressources vivantes, l’accès aux espaces maritimes et littoraux ainsi que leur protection, l’allocation des moyens de production de même que les mécanismes de responsabilité spécifiques s’appliquant aux activités maritimes ou aux atteintes à l’environnement.

Ces travaux pourront être appliqués à de nouvelles questions de recherche, par exemple l’existence de conflits d’enjeux pour la gestion de ressources vivantes (conservation d’espèces prédatrices et exploitation d’espèces proies), la prise en compte des impacts écologiques par les activités maritimes et littorales (comptabilité écologique, compensation), les questions de responsabilité en matière de navigation autonome ou encore les nouvelles formes de régulation (juge, société civile). Il est également proposé d’ajouter le terme équité à l’intitulé de l’axe. Ce faisant, il s’agit en premier lieu de mettre en valeur la multiplication de travaux étudiant les enjeux de répartition (moyens de production, revenus, ressources, espaces), ou la reconnaissance du rôle des femmes dans le fonctionnement du secteur des pêches. Il s’agit également d’ouvrir le spectre des recherches vers de nouvelles thématiques comme l’appropriation sociale à travers les mobilisations et les controverses environnementales, les inégalités environnementales ou encore les nouveaux modes de partage des richesses issues de la fiscalité locale littorale. Les champs disciplinaires concernés sont : l’économie des ressources naturelles, l’économie de l’environnement, l’économie institutionnelle, l’économie publique locale, le droit de la mer, le droit de l’Union Européenne, le droit maritime et le droit de l’environnement, l’anthropologie et les sciences politiques.

 

CSU n°63

Lundi 16 novembre 2020 / 11h-12h/ En visio

Modélisation de marché de quotas dans les pêcheries mixtes

Résumé :

Au cours de ce CSU je présenterai des travaux de modélisation des dynamiques de marché de quotas dans des pêcheries mixtes. Des résultats théoriques sur l’état d’équilibre de ces marchés sont complétés par des simulations mettant en oeuvre un algorithme représentant la convergence vers l’équilibre par tâtonnement walrassien. Ces simulations mettent notamment en lumière une incitation économique à rediriger l’effort de pêche vers les espèces non contraignantes de la pêcherie fédérale sud-est australienne (espèces avec quotas en excès, ou bien espèces non soumises à quota). Ce CSU serait l’occasion de discuter de ces résultats.

CSU n°62

Mardi 20 octobre 2020 / 9h30-10h30/ Amphi D IUEM

Claire Macher nous propose d’accueillir Jade Burdallet et Laetitia Virard (Ifremer) qui nous présenteront le projet « Mon lopin de mer« .

Résumé :

Le projet « Mon lopin de mer » est porté par l’Ifremer, en partenariat avec les réseaux des Petits Débrouillards et des ateliers Canopé, et l’association ComMod. Ce projet propose de connecter les citoyens éloignés du littoral à l’enjeu de préservation de l’océan, en s’adressant prioritairement à un jeune public par le biais d’un jeu de rôle abordant la complexité de la gestion des écosystèmes marins

CSU n°61

Lundi 6 juillet 2020 / 11h-12h/ A distance via BBB

Florence Briton (Ifremer / AMURE) propose de faire parler notre imagination autour de la question de la pêche durable, et de nous présenter les résultats de travaux menés au cours de sa thèse

Résumé :

Dans le cadre de sa thèse, Florence a travaillé au développement et à l’application de l’approche d’éco-viabilité comme outil d’aide à la décision pour la gestion des pêcheries mixtes. L’approche vise à identifier les options de gestion (avec un focus particulier sur les politiques de quotas de pêche) répondant à divers critères de durabilité.

Après l’exposé des travaux réalisés sur deux cas d’études (pêcheries démersales du Golfe de Gascogne et pêcherie australienne) soulignant l’évolution de l’approche au fil de la thèse, Florence nous propose de réfléchir ensemble à la question : qu’est-ce qu’est pour vous une pêche durable ? Quels critères (écologiques, économiques, sociaux) sont pour vous critiques à la durabilité d’une activité comme la pêche, et comment pourrait-on les intégrer dans l’approche d’éco-viabilité ?

———————————->

Le CSU se déroulera sur Big Blue Button (BBB), via le lien d’accès :  https://bbb-ubo.univ-brest.fr/b/cha-y3x-f4e
Il est préférable d’utiliser l’explorateur Google Chrome pour ouvrir le lien.
Prévoyez de vous connecter quelques minutes avant le début du séminaire afin d’avoir le temps de régler les aspects techniques si besoin.

CSU n°60

Jeudi 5 mars 2020 / 11h-12h30 / Salle D134 / IUEM

Quels points de synergie entre Bretagne Vivante et AMURE?
By Virginie Antoine, chargée de mission « Mer et Littoral » à Bretagne Vivante

Résumé :

Cette rencontre s’est organisée dans le cadre d’un projet FEAMP DLAL « Ambassadeur de la mer » où Bretagne Vivante a sollicité les connaissances d’Olivier Guyader et de Frédérique Alban en économie des pêches. Nous vous proposons un échange se déroulant comme suit :

1) Discussions du projet FEAMP « Ambassadeur de la mer » où nous solliciterons les connaissances d’Olivier Guyader et Frédérique Alban en économie des pêches

2) Points sur des fiches du Conseil Maritime de Façade pour l’élaboration du plan d’actions (partie 4 du DSF)

3) Autres liens/collaborations entre l’association Bretagne Vivante et AMURE –> Par exemple travaux d’EFESE et les potentielles applications de Bretagne Vivante sur le territoire ?

.

CSU n°59

Vendredi 6 mars 2020 / 11h30-12h30 / Salle D134 / IUEM

Développement d’une Comptabilité Écologique Privée pour les activité marines
By Pierre Scemama, UMR AMURE

Résumé : La comptabilité socio-environnementale devient de plus en plus un enjeu socio-économique, notamment dans le contexte de la transition écologique, que ce soit au niveau des organisations, des territoires ou des états. Du côté de la comptabilité privée, rares sont les systèmes de comptabilité écologique à dépasser le cadre du reporting extra-financier quand il s’agit d’intégrer les dimensions sociales et écologiques. Le modèle CARE (Comptabilité Adaptée au Renouvellement de l’Environnement) propose d’inscrire le capital naturel et le capital humain au bilan de l’entreprise non seulement à l’actif du bilan de l’entreprise, mais aussi au passif. L’entreprise est ainsi responsable de l’érosion des capitaux dont elle dépend et doit mettre en œuvre les moyens nécessaires pour leur conservation (au travers de l’amortissement). L’objectif de ce CSU est de présenter ce modèle innovant et de vous faire part d’un montage de projet en cours sur ce sujet.

CSU n°58

Jeudi 20 février 2020 / 11h-12h15 / Salle D134 / IUEM

La qualification MCF par la section 05 du CNU : conseils et retours d’expérience ?
By Frédérique Alban (AMURE) et Laurent Le Maux (LEGO)

Résumé : Lors de ce CSU, Frédérique Alban et Laurent Le Maux présenteront leur retour d’expériences, à la fin de leur mandat au sein du CNU (Conseil National des Universités), sur les critères de qualification aux fonctions de maître de conférences pour les docteurs économistes. En effet, les bonnes pratiques ne sont pas toujours bien connues, et les doctorants, comme les encadrants, peut-être, sont parfois en attente de décryptages. Ce CSU est pour tous, doctorants, docteurs, encadrants, membres de CSI et tous chercheurs concernés par cette question.
Le cas qui sera abordé est celui de la qualification en économie (section 05 du CNU), mais nous espérons que plus généralement, cette présentation sera utile aux doctorants et encadrants de toutes les disciplines présentes au sein d’AMURE.

CSU n°57

Jeudi 6 février 2020 / 12h-13h30 / Salle B 105 / UFR Droit

L’imprévisibilité du droit applicable aux rapports maritimes internationaux : Illustrations à travers des rapports maritimes intracommunautaires.
By Christian Bondé GNOHON, doctorant en droit privé à l’UMR-AMURE

Résumé : à travers ce sujet, on tentera de mettre en évidence la persistance de la diversité des législations maritimes malgré l’intensification des efforts visant à uniformiser le droit maritime à l’échelle internationale. Une fois la diversité des droits maritimes établie, on analysera les solutions apportées aux conflits de lois qui en résultent nécessairement. Enfin, on tentera de conclure par une proposition visant à tirer les conséquences adéquates.

CSU n°56

16 janvier 2020 / 12h-13h30 / Salle B 105 / UFR Droit

Les mutations du métier de marin-pêcheur au thon tropical à la senne sur les navires de la flottille française face aux logiques de fluidité, d’extractivisme et de durabilité.
By Manon Airaud, Doctorante en anthropologie – IRD UMR GRED (Montpellier) et MARBEC (Sète)

Résumé : Ce projet de thèse en anthropologie se propose de décrire et d’analyser, en dialogue avec les sciences halieutiques, certains aspects des mutations des réseaux, de l’organisation du travail et des dispositifs sociotechniques de la pêcherie française thonière à la senne opérant dans les eaux tropicales de l’Atlantique Est et de l’océan Indien. La présentation du travail en cours et de la triple localisation du terrain de recherche (Concarneau, Abidjan et les navires) servira à exposer le point d’étape actuel de la recherche.

CSU n°55 : Pêche artisanale au Chili et genre. By Catalina Alvarez Burgos, doctorante en anthropologie à l’Université de Los Lagos au Chili

CSU n°54 : Les stagiaires AMURE 2019 exposent!

CSU n° 53: Reconstitution des écosystèmes sahéliens dégradés et leur mode de gestion by Kadidiatou Yéro (géographe au Centre Régional AGRHYMET à Niger) & La réhabilitation des sols dégradés en question : résilience et bénéfices économiques et sociaux by Albert Kaboré (écologue à l’Université Nazi Boni à Burkina Faso).

CSU n° 52: Transdisciplinarity for fisheries and Ocean Sustainability. By Ratana Chuenpagdee (Memorial University of Newfoundland) & Milena Schreiber (University of Gothenburg)

CSU n° 51: L’impact environnemental de nos activités . By Manuelle Philippe, AMURE/IUEM

CSU n° 50: Tester un questionnaire utilisant la Méthode des Choix Multi-Attributs (MCMA) . By Maxime Sebe & Abdelhak Nassiri, AMURE/IUEM

CSU n° 49: L’insularité en mer d’Iroise . By Louis Brigand, LETG/IUEM

CSU n°48 : Le projet PAMPAS. By Marie Vagner, CNRS/LEMAR

CSU n° 47: Définition des objectifs du thème 4 d’Isblue (océan vivant et services écosystémiques). By Pierre Scemama, AMURE

CSU n°46: Contribution à l’analyse de la gouvernance et des mesures de régulation des pêcheries dans les Régions Ultra Périphériques (projet ORFISH). By Baptiste Beugin et Olivier Guyader

CSU n°45 : Communication et Valorisation: Synthèse des indicateurs économiques de la pêche française. By Jonathan Sagan, Christelle Le Grand et Sophie Leonardi

CSU n°44: Rendre la parole publique: retours d’expérience et pistes pour utiliser la production sonore en recherche. By Alix Levain

CSU n°43 : Suivi et évaluation des usages récréatifs dans les espaces côtiers gérés: expériences des projets PAMPA et AMBIO dans le lagon de Nouméa. By Dominique Pelletier

CSU n°42 :  L’obligation débarquement, la vision des professionnels français de la pêche By Katia Frangoudes et Hervé Guyon

CSU n°41 :  Building community trust; why, how and so what? By Kate Brooks

CSU n°40 : Les stagiaires exposent – Part III

CSU n°39 : Les stagiaires exposent – Part II

CSU n°38 : Les stagiaires exposent – Part I

CSU n°36 : Fiabilisation et valorisation des données de sciences participatives By Yvan Le Bras

CSU n°34: Projet de recherche CARPEDIEM. By Frédéric Quemmerais-Amice (AFB), Julien Barrere (AFB) et Gabriel Contin (Amure)

CSU n°33 : Au menu, des ostréiculteurs et de l’analyse de données ! By Julien Timor et Hervé Guyon

CSU Kesako?

Les CSU participent au dynamisme interne de la vie du labo. Un endroit où les crânes fument à l’image des cafés qui y sont servis. C’est le moment pour glaner de nouvelles méthodes et pour dépasser ses questions restées longtemps sans réponses. C’est un moment alloué aux débats autour d’actualités, un instant fait de discussions !

On n’y vient pas nécessairement pour présenter des travaux terminés ou des articles publiés. D’autres formats sont fait pour ça. Avant tout, les Cafés Scientifiques Underground mettent en scène une science en construction. Pour cela aucun format spécifique n’est attendu. Au contraire, venir avec une question ou un sujet de discussion est suffisant ! Donc si vous avez l’envie de partager, gamberger, philosopher ou encore traiter de la vie du labo, n’hésitez pas à mobiliser les CSU.

Contact

Les CSU sont animés par un binôme de doctorants.
Pour tout renseignement ou pour proposer une intervention,
merci de s’adresser à:
Jean-François Dewals et/ou Guilaine Djouakep Fando
(prenom.
nom@univ-brest.fr)